Hors jeu ou TSA

tsa:nt

Giuliani Couchepin Gabarit écrit :

 » Comme dans le domaine du Haut Potentiel Intellectuel, le Syndrome d’Asperger peine à trouver une validation tranchée en terme de diagnostic. En 1994 le DSM IV (American Psychiatric Association, 1994) lui conférait une place en tant qu’entité spécifique différenciée des autres Troubles Envahissants du Développement (TED: Trouble Autistique, Syndrome Asperger, Trouble Envahissant du Développement non spécifié, Syndrome de Rett et Trouble Désintégratif de l’Enfance). Un trouble de la communication, des interactions sociales déficitaires, des intérêts restreints et des comportements stéréotypés caractérisaient les Troubles du Spectre de l’Autisme. Dans ce tableau clinique, auquel est ajouté un profil sensoriel et perceptif dont la modulation est altérée, le DSM V (American Psychiatric Association, 2015) rattache toujours le syndrome d’Asperger dans la catégorie des Troubles du Spectre de l’Autisme (TSA) mais le définit désormais non comme une catégorie spécifique mais sur l’extrême pôle positif d’un continuum englobant tous les TSA. Le curseur serait alors, pour poser un diagnostic de Syndrome d’Asperger, de cibler quelles altérations de fonctionnement – légères vs graves – handicaperaient le patient, cela sur une échelle de sévérité élaborée en fonction du besoin de soutien qu’il faudrait mobiliser pour un fonctionnement le plus adapté possible. SEES / REVUE ECONOMIQUE ET SOCIALE > numéro 4 décembre 2016 2 D »

Illustration : Curseur-Frontière en vert, et les bulles blanches pour les hors jeu

Je réagis :

Voilà sans doute la raison pour laquelle bon nombre de personnes, HP, adultes plus ou moins insérés dans la société, femmes sont déclarés non asperger, ils ont réussi à masquer leur différence, ils sont de bons acteurs, ils ont même presque intégré le modèle NT ! sauf qu’au dedans… ils sont perdus, total,

ils se sont débrouillés bon an mal an, ont souffert un enfer, mais après tout, on les voit ici, un métier en main, même s’ils se font virer assez souvent ou sont en arrêt maladie régulièrement, avec un sourire sur les lèvres,  pourquoi ne pas sourire, c’est mieux en société, ça s’apprend plus ou moins tôt. Ne pas afficher ses sentiments, ou ne pas savoir les afficher…

Ils ont appris à aller à la pêche aux sentiments négatifs, pour leur donner un nom… Ils ressentent un immense mal-être et une grande colère, et ils ne savent pas que c’est un sentiment ou plusieurs coincés là, qu’est-ce qui les a mis dans cet état ? après tout, ils étaient tranquilles, c’est un éclat de lumière, un petit bruit qui les a perturbés.

 » Monsieur le Psy, je crois que je suis asperger…. parce que depuis que j’ai lu là-dessus, je pense avoir la clé de mon enfance, de mon adolescence et aussi de mon âge adulte. Il y a des asperger dans ma lignée, en suis-je une ? « 

La clé pour tous les emmerdes que j’ai enchaînées depuis longtemps, la clé pour comprendre pourquoi je ne savais pas jouer avec les autres, qui ne voulaient pas perdre, moi, j’aurais aimé jouer, eux, voulaient gagner, comment gagner avec quelqu’un qui ne sait pas ce qu’il faut faire vraiment.

« Ah, non ? je ne suis pas dans les limites du TSA, peut-être un petit peu ? plutôt non, plutôt comme tout le monde ? Ah bon ?

 »    –  Madame, vous n’êtes pas Asperger, l’entretien d’aujourd’hui est terminé. Et il n’y en aura pas d’autre.                                                                                                         –       –  Je suis quoi, alors ?                                                                                                               –  Je ne sais pas, Madame.

Et comme c’est le cas pour beaucoup d’adultes, de femmes, de HP, je repars interdite. Mon entourage qui me connaît, n’en croit pas un mot, et moi non plus.

moi,

JE VEUX SAVOIR POURQUOI, pourquoi j’ai dû tant me battre pour comprendre ce monde, bizarroïde. Pourquoi est-ce difficile de comprendre les consignes, alors que je suis intelligente ? Pourquoi faut-il que je les écrive et que je les suive pas à pas comme un guide  pour monter un meuble ? J’ai encore du mal à imaginer comment aller laver ma voiture au lavage automatique… alors que pas trop de souci informatique.

Non, Monsieur le Psy, je ne vous crois pas. Vous avez regardé, écouté, fait le bilan sur ce que vous avez vu : une femme souriante, avec des diplômes, bien sans sa peau (savez-vous que j’ai pris la route du bonheur depuis que je m’intéresse au monde normal des Asperger ? non, bien sûr). Vous m’avez vu, un résultat extérieur correct, une grand-mère moderne, vous n’avez pas écouté ni réfléchi à ce que j’ai essayé de vous dire : je voulais vous raconter comment j’ai pu progresser, comment je me suis battue contre mes « tares » : trop excessive, trop calme, trop ingénue, trop dure, trop méfiante, trop synthétique, trop floue, trop paresseuse, trop anxieuse, trop marrante, trop bizarre, trop seule, trop égocentrique, et trop généreuse…

Pas de collègues pour se souvenir de moi, un métier où j’ai souffert énormément, je ne reconnais pas les visages, pour un prof, c’est un handicap, et un prof comme ça, c’est trop bien pour les élèves ! un prof qui croit tout ce qu’on lui dit ! Les élèves aiment la franchise, n’est-ce-pas ? Puis quoi faire avec les collègues qui parlent de leurs réussites, de la mode ou autre ? Ecouter, écouter…

Bref, je recherche un moyen pour vérifier si toutes mes « difficultés » qui m’ont accompagnées le long de ma vie, sont neurologiques ou disons, dues à un ou deux  traumatismes par là, quand j’avais 3-4 ans… ou pire,

signé au nom de toutes les personnes hors jeu, et hors jeux d’enfance.

 

 

 

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/17/d146946222/htdocs/nprinx/autismeasperger-echanges/wp-includes/class-wp-comment-query.php on line 405

Une réflexion au sujet de « Hors jeu ou TSA »

  1. Finalement, on rencontre plein de gens sur le net, des femmes avec ou sans diagnostic, qui racontent la même histoire…
    Et si mon expérience était celle de Monsieur tout le monde ? sauf que comme les asperger, j’ai du copier pour me fondre dans la masse, j’ai du me faire des pense-bêtes pour apprendre à commencer correctement les conversations, Madame tout le monde dit qu’elle ne s’en souvient pas, Elle sait comment faire, un point, c’est tout. J’ai les caractéristiques, et pas le diagnostic. Je me sens tellement proche de cette personne qui écrit cet article https://lautistoide.wordpress.com/2016/08/19/parcours-diagnostique-suite-et-pas-fin/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *